Le vœu social des Verts exaucé

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon
En obtenant la préemption systématique du logement social de fait dans le budget 2007 de la ville de Paris, les Verts placent leur étoile au sommet du sapin.

Le vœu social des Verts exaucé
En obtenant la préemption systématique du logement social de fait dans le budget 2007 de la ville de Paris, les Verts placent leur étoile au sommet du sapin.

Le logement social parisien dans le rouge
Le parc social privé à bas loyer parisien est évalué à 103.702 logements, soit 21% des résidences principales parisiennes. "Au moins 300.000 personnes occupent des logements sociaux de fait sans confort", selon les Verts.
Dans un amendement au budget logement 2007, ils ont obtenu gain de cause sur l'acquisition de principe de 14.700 logements par an, durant sept ans. Selon eux, "une première tranche de trois ans permettra d'atteindre le seuil de 20% de logements sociaux à Paris fixé par la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain)".
Ils étaient soutenus dans leur vœu par le groupe communiste et son président Jean Vuillermoz " Les difficultés de plus en plus grandes des Parisiens très modestes pour rester dans leur logement à Paris gangrènent les efforts de la Ville pour créer par ailleurs des logements sociaux".

Les Verts voient l’avenir en rose
"Pour maintenir la diversité de la population dans Paris", René Dutrey, président du groupe Verts, souhaite que la politique de préemption de logements par la Ville soit "ciblée sur ces logements à bas loyers", situés surtout dans l'est parisien.
Concrètement, selon Le Monde.fr « L'exécutif municipal s’est engagé à acheter "systématiquement les immeubles" privés, sans grand confort sanitaire, habités par des occupants dont le revenu est inférieur à 900 euros.
Le quotidien gratuit 20’ estime pour sa part à 55 000 logements, répartis dans 500 immeubles principalement situés dans le Nord Est parisien, le nombre de logements privés aux loyers comparables à ceux du logement social qui seront mis à la vente en 2007.
Avant de mettre le doigt sur le point sensible « L’objectif de l’accord est d’éviter que ces appartements sans confort ne tombent entre les mains « des vautours de l’immobilier ». Car trop souvent, les promoteurs les rénovent à moindres frais puis augmentent considérablement les loyers ou ben revendent les appartements à la découpe. De sorte que les familles modestes et les jeunes n’ont plus les moyens d’y vivre »
Dans le même esprit de moralisation du marché, les Verts souhaitent aussi que le produit des droits de mutation "les frais de notaire", évalués à 750 millions d’euros dans le projet de budget 2007, serve à alimenter le compte foncier pour lutter contre la spéculation.

Pour les verts cette décision représente « Un tournant de la politique du logement social à Paris, puisque jusqu'à présent la Ville préemptait des immeubles sans se préoccuper de savoir si les habitants étaient modestes ou aisés » selon François Florès.
Réaction tempérée du PS par la voix de Jean-Yves Mano « Pour préempter davantage d'immeubles à bas loyers, encore faudra-t-il qu'il y ait des opportunités de les acheter !» qui relaie le souhait exprimé par Bertrand Delanoë « d’endiguer plus activement l’éviction des couches populaires de la capitale, victimes des ventes à la découpe ».Avec la réserve « de ne rien faire qui mette en danger l’équilibre budgétaire »

De belles étrennes logement dans le budget 2007
210 millions d'euros seront consacrés au logement social en 2007, dont 100 millions d'euros pour muscler la politique de préemption de la mairie en matière de logement social de fait, ces logements privés à loyers modérés.
36 millions d'euros : le montant de la rallonge budgétaire que Les Verts ont finalement obtenu par rapport aux 174 millions initialement prévus pour 2007. Le budget 2006 du logement était de 135 millions d'euros.

Le flash

займ онлайн