Gestion locative : les propriétaires n'ont que des avantages à choisir la gestion déléguée

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Location, fiscalité, comptabilité, questions juridiques, travaux, contentieux… Beaucoup de notions entrent en jeu lorsque l’on choisit l’investissement locatif. Des notions qui requièrent une réelle expertise si l’on ne veut pas tomber dans les différents pièges qui jonchent le chemin d’un propriétaire bailleur. Directgestion, expert de la gestion locative depuis plus de 15 ans, vous explique en quoi choisir la gestion déléguée vous apportera calme et sérénité.

 



Une gestion locative sûre et complète nécessite de l’organisation et du temps, beaucoup de temps même, et, de fait, une patience à toute épreuve. Dans ces moments là, pouvoir se reposer sur un expert et se libérer ainsi de toutes ces contraintes administratives n’est pas un luxe.


Réaliser un investissement locatif est un très bon moyen de se constituer un capital ainsi qu’un complément de revenus en phase avec ses besoins. Encore faut-il trouver un locataire capable de payer son loyer chaque mois et pouvoir s’octroyer assez de temps pour s’en occuper. Car devenir propriétaire induit de nombreuses démarches, qu’elles soient juridiques ou administratives. Mais n’ayez crainte, il existe un moyen de se délester de toutes ces contraintes : la gestion locative déléguée.


À quoi cela correspond-il ? Il s’agit de tous les moyens mis en œuvre par un cabinet spécialisé pour gérer au quotidien l’entretien d’une location de l’entrée du locataire dans les lieux, jusqu’à son départ. Cela comprend la prise en charge des travaux propres au bien, mais surtout sa gestion administrative et juridique.



Un mandat de gestion complet doit comprendre les services suivants :

La location : mise en publicité du bien à louer ; visite du bien au candidat locataire ; constitution du dossier locataire ; validation de la solvabilité du dossier locataire ; rédaction d’actes (bail, caution solidaire…) ; réalisation des états des lieux d’entrée et de sortie.

La comptabilité : appel de loyer ; émission d’avis d’échéance et de quittance de loyer ; encaissement du loyer ; paiement des loyers au propriétaire ; compte rendu de gérance trimestriel ; tenue de la comptabilité locataire/propriétaire ; paiement des charges au syndic ; paiement de votre taxe foncière ; régularisation des charges locatives – récupération de la taxe sur les ordures ménagères.

La gestion : établissement des devis de réparation ; information au propriétaire des interventions à réaliser ; révision annuelle du loyer ; vérification du bon déroulement des travaux ; envoi des entreprises en dépannage ; réception des travaux ; arrêté de compte locataire.

Le contentieux : relance des paiements auprès des locataires ; déclaration et traitement du sinistre auprès de la garantie de loyers impayés ; déclaration aux compagnies d’assurance d’un sinistre dégât des eaux ; assignation devant toutes juridictions pour recouvrement.


Avec les services d’un cabinet de gestion, votre seul travail en tant que propriétaire bailleur, sera de vous tenir informé des comptes rendus de gestion et de vérifier que les loyers atterrissent bien chaque mois sur votre compte en banque.


En résumé, la gestion locative déléguée vous fait gagner du temps et vous garantit une prise de risque minimale. Le seul inconvénient, c’est son coût. C’est pour cela qu’il est fortement recommandé de mettre les différents cabinets qui vous proposent les services les plus adaptés à vos besoins en concurrence, afin de le minimiser. Il convient dans ce cas de réaliser plusieurs demandes de devis auprès de plusieurs sociétés.


Pour conclure, selon Clameur, la gestion locative déléguée aurait un effet bénéfique sur le marché locatif. En effet, en se basant sur la mobilité résidentielle pour mesurer l’activité du marché, l’observatoire démontre qu’elle serait beaucoup plus dense en cas de gestion déléguée. En France, en février 2014, le taux de mobilité résidentielle pour les logements deux pièces, est de 30,1 % dans le cas d’une gestion déléguée et de 22,2 % pour la gestion directe. Il en va de même pour toutes les surfaces, avec un écart de 6 points pour les trois pièces et de 5 points pour les cinq pièces et plus. Au final, quoi de plus bénéfique en tout point de vue, que la gestion locative déléguée ?

Le flash