Devenir propriétaire à 30 ans en Ile-de-France : mission presque impossible

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Le fossé générationnel du pouvoir d'achat immobilier se creuse en Ile-de-France, avec d'un côté les séniors, pour qui tout va bien, et de l'autre les jeunes, pour qui l'accession à la propriété semble impossible à atteindre.

 


Selon une étude consacrée au pouvoir d’achat immobilier et réalisée par l’Université Paris-Dauphine en partenariat avec le Crédit Foncier, et menée sur plus de dix ans, un véritable fossé intergénérationnel se serait creusé en Ile-de-France, avec d’un côté les jeunes et de l’autre les séniors.


Entre 1998 et 2010, la hausse des prix immobiliers aura eu raison des ménages français. Toutes générations confondues, 44 % des ménages étaient en capacité d’acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins à Paris en 1998 contre 27 % douze ans plus tard en 2010. Cette baisse s’inscrit entre 39 % à Paris et 12 % à Fontainebleau.


Mais ce qui intrigue le plus les auteurs de l’étude, c’est que les écarts entre générations semblent de plus en plus profonds. Les quinquagénaires possèdent un fort pouvoir d’achat immobilier comme les sexagénaires, alors que les trentenaires sont les plus impactés par les soucis financiers et que les 20-25 ans ont vu leur pouvoir d’achat immobilier être divisé par trois en seulement douze ans.


En 2010, en moyenne, les deux tiers des 55-60 ans pouvaient s’offrir un bien immobilier selon leurs besoins dans une des douze communes d’Ile-de-France étudiées et la moitié à Paris. Avec des besoins moindres, les sexagénaires suivent dans le classement, alors que, toujours en 2010, seulement un tiers des 30-35 ans pouvaient acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins en Ile-de-France, dont seulement 7% dans la ville de Paris.


Les plus de 65 ans, dont une grande partie est devenue propriétaire avant 1998, année caractérisée par un bas de cycle des prix immobiliers, selon les auteurs de l’étude, n’ont perdu qu’un dixième de leur pouvoir d’achat en douze ans en Ile-de-France. Ils ont pour la plupart bénéficié d’une revalorisation de leur patrimoine immobilier, ce qui leur a permis de conserver une importante capacité d’achat. En revanche, ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la hausse des années 2000 ont de plus en plus de difficultés à le devenir.

Le flash