Une ambition pour la filière navale française: ne pas sombrer corps et biens

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Arnaud MONTEBOURG, ministre du Redressement productif, a présidé, jeudi 14 mars au sein des chantiers Saint-Nazaire, la première réunion du comité stratégique de la filière navale, en présence de Frédéric CUVILLIER, ministre délégué aux Transports, à la Mer et à la Pêche.

La filière navale française est forte d’un savoir-faire porté par plusieurs grands groupes et par un tissu d’un millier de PME. Elle représente environ 70 000 emplois industriels et réalise un chiffre d’affaires global de plus de 10 Mds€. C’est de plus un secteur fortement exportateur : plus de 65% d’exportation dans le nautisme, plus de 80% dans les paquebots et ferries et 30% pour les navires militaires.

Dans un contexte de concurrence entre chantiers européens et face à la montée en puissance des pays d’Asie, il faut unir les forces de la filière, soutenir l’innovation et renforcer la structuration de la filière pour conquérir des marchés à l’export.

 

Le « contrat de filière » annoncé lors de cette réunion comprend des actions destinées à :
Développer les solidarités entre grandes entreprises, ETI et PME
La médiation des relations interentreprises et le Groupement des Industriels des Constructions et Activités Navales (GICAN) feront la promotion de la charte des relations inter-entreprises et du label « Relation Fournisseurs Responsables », mettront en place une médiation de filière etdévelopperont une initiative de soutien aux PME à potentiel par les grands groupes.

Structurer et accompagner les PME de la filière
Le projet « Oceans21 » financé dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir vient contribuer à cet objectif. Destiné à accompagner près d’un millier d’entreprises, essentiellement des PME, dont une majorité située dans les bassins maritimes, le projet propose de :
- Définir et conduire une stratégie collective pour le renforcement des PME ;
- Accompagner des PME à l’international (en partenariat avec UBIFRANCE) ;
- Maintenir et développer des compétences spécifiques au secteur naval ;
- Améliorer de la performance industrielle et faire la promotion de modes de travail collaboratifs.

Soutenir l’innovation, qui est plus que jamais une composante essentielle de la compétitivité de notre filière navale :
Les ministres ont annoncé la réouverture de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Navire du Futur » qui sera doté de 80M€. Les projets en cours d’instruction s’intègrent naturellement au sein de ce nouvel AMI.

La réouverture de cet AMI, doit permettre l’émergence de projets de R&D collaboratifs (des têtes de filières aux sous-traitants) dans la droite ligne des feuilles de route technologiques proposées par le GICAN.

Les briques technologiques ainsi développées s’inscriront dans le cadre du navire « économe, opérationnel, sûr, propre et intelligent » et viendront offrir à l’industrie navale française une avance dans un contexte d’intensification de la concurrence internationale.

Les Ministres ont aussi participé au baptême du paquebot Preziosa, dernier-né du chantier STX France. Par ses caractéristiques techniques mais aussi le raffinement de sa finition, le Preziosaest une vitrine de l’excellence française dans l’univers de la construction de paquebots.

Gianluigi Aponte, président du groupe MSC, a quant à lui rappelé son attachement aux chantiers de Saint-Nazaire, et son souhait d’entretenir la relation historique qui s’est construite avec STX France.

Ce souhait a été entendu. Le ministre du Redressement productif a manifesté tout le volontarisme du gouvernement pour renforcer la compétitivité de l’offre de STX en favorisant les mécanismes financiers attractifs.

Le flash