Surveillance de la contamination par les dioxines et les PCB

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

De nouvelles dispositions réglementaires relatives aux dioxines et aux Poly-chlorobiphényles (PCB) sont entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2012.

La DGCCRF a mis en place un plan de surveillance permettant de vérifier la conformité des huiles et des matières grasses végétales, des compléments alimentaires à base d’huile de poisson et des aliments pour nourrissons et enfants en bas âge.

Quelques informations sur les dioxines et les PCB
Les dioxines et les PCB sont des composés aromatiques chlorés, chimiquement stables, peu biodégradables et lipophiles [1]. Ils appartiennent à la catégorie des polluants organiques persistants (POPs), et se concentrent tout au long de la chaîne alimentaire. L’alimentation constitue la principale source d’exposition de la population générale à ces contaminants

Les dioxines (PCDD et PCDF )[2]se forment principalement lors de processus de combustion. 17 molécules sur 210 congénères ont des effets toxicologiques significatifs. La plus toxique est la "dioxine de Seveso" substance classée cancérigène pour l’homme par l’IARC [3].

Les PCB forment un autre groupe d'hydrocarbures aromatiques chlorés constitué de 209 produits, fabriqués, et utilisés sous forme de mélanges à partir de 1930 pour leurs propriétés isolantes et leur stabilité chimique. Leur production et leur utilisation sont interdites depuis 1987.

Réglementation
Le règlement (UE) n° 1259/2011 a modifié les dispositions du règlement (CE) n°1881/2006 [4] relatives aux dioxines et aux PCB. Il fixe les teneurs maximales dans les produits alimentaires et notamment les aliments pour nourrissons et enfants en bas âge. Ce règlement fixe :

des teneurs maximales pour les dioxines et pour la somme [dioxines + PCB de type dioxine] qui prennent en compte les facteurs d’équivalent toxique établis par l’OMS en 2005.Les teneurs maximales établies antérieurement prenaient en compte les facteurs d’équivalent toxique établis par l’OMS en 1998 ; des teneurs maximales pour la somme des 6 PCB indicateurs qui ne sont pas de type dioxine ; des teneurs maximales spécifiques aux aliments pour nourrissons et enfants en bas âge.

Prélèvements réalisés et résultats de l’enquête 2012 (2ème et 3ème trimestres)

52 échantillons ont été prélevés selon la répartition suivante :
20 huiles ou matières grasses végétales et 3 denrées composées d’huiles végétales ;

15 compléments alimentaires contenant de l’huile de poisson

14 aliments pour nourrissons et enfants en bas âge :
7 aliments à base de poisson ;
3 aliments à base de viande ;
3 préparations pour nourrissons ou préparations de suite ;
1 aliment à base de fruits.

Les teneurs en dioxines et en PCB dosées étaient très inférieures aux teneurs maximales réglementaires applicables.

Les données recueillies complétant celles des années précédentes ont été communiquées à l’ANSES. Le plan de surveillance se poursuit.



[1] Qui retiennent ou attirent les substances grasses
[2] les polychlorodibenzo-para-dioxines (PCDD) ; les polychlorodibenzofuranes (PCDF).
[3] Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), en anglais International Agency for Research on Cancer (IARC)
[4]Règlement (CE) n°1881/2006 modifié portant fixation de teneurs maximales pour certains contaminants dans les denrées alimentaires

Le flash