Smartphone : 50% des français envisagent d’en acquérir un au cours de l’année qui vient

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Deloitte publie les résultats de son étude (Etude Global Mobile Consumer Survey 2013) consacrée aux usages mobiles des Français. A travers le prisme de l’équipement, du choix de l’opérateur, de la connectivité ou bien encore du réseau, l’étude dresse le panorama des nouveaux usages et comportements des Français en matière de mobilité.

« L’appétit des Français pour les smartphones et les tablettes ne se dément pas ! Les smartphones occupent déjà la moitié du parc français et 50% des personnes interrogées envisagent d’en acquérir un au cours de l’année qui vient. Bonne nouvelle pour les équipementiers, mais un challenge pour les opérateurs qui dans un contexte de baisse tarifaire, ont subventionné plus de 53% de ces acquisitions» commente Ariane Bucaille, Associée responsable Technologies, Médias, Télécommunications chez Deloitte.

L’appétence des Français pour le multi-équipement se confirme
Les dinosaures font de la résistance. Même si l’adoption des smartphones (50% contre 39% en 2012) et des tablettes (23% contre 15% en 2012) se généralise, les équipements les plus communs ne sont pas les plus récents technologiquement. L’ordinateur portable reste invariablement en première place avec un taux d’adoption de 71% suivi de l’appareil photo numérique en légère baisse (66% contre 78% en 2012) et le téléphone portable standard (54%).
Parmi les critères de choix d’un smartphone ou d’un téléphone mobile, le design suivi par la marque font quasiment l’unanimité (avec des résultats entre 73% et 100%) loin devant le coût (41%). La grande majorité des utilisateurs (71%) achète des tablettes de marque ou avec un système d’exploitation similaire à leur smartphone. En termes de mode d’acquisition, le subventionnement des terminaux reste prédominant (53%) malgré la multiplication des cartes SIM-only.

Le smartphone, objet de tous les désirs. Le rééquilibrage en 2013 entre smartphone et mobile laisse entrevoir la prédominance des premiers dès l’année prochaine. En outre, la moitié des personnes interrogées déclarent être susceptibles d’acheter un smartphone au cours des 12 prochains mois. Les smartphones Samsung et Apple sont toujours aussi plébiscités qu’en 2012. Nokia n’apparaît qu’en troisième place avec un taux d’adoption de 14%. Sans surprise, Android assoit sa position dominante sur le marché des OS (57%) de par la multiplicité de ses accords avec les constructeurs. En revanche, RIM Blackberry cède la troisième place à Windows Phone.

Les tablettes se démocratisent. Apple renforce son hégémonie avec 40% du marché. Parmi ses challengers, Samsung apparaît comme le seul à tirer son épingle du jeu (23%). Avec 67% de connectivité en wi-fi, la tablette est très peu utilisée en situation de mobilité. Pour 50% des propriétaires de tablettes, la marque de leur smartphone a influencé leur choix.

L’arrivée d’un quatrième opérateur sur le marché a eu un impact très ciblé. Les Français font preuve d’une grande fidélité à leur opérateur, 33% n’en ayant jamais changé. L’entrée sur le marché de Free Mobile en 2012 a surtout séduit une population de clients opportunistes. Les principales raisons du changement d’opérateur étant l’insatisfaction par rapport à  l’offre tarifaire (54% des raisons du changement). La qualité du réseau (11%) et le service client (7%) sont les deux autres motifs de changement les plus importants. Alors que la mutualisation des réseaux n’en est qu’à ses débuts en France, 37% des Français considèrent le partage de réseau comme une évolution bénéfique. Ils se montrent dans l’ensemble satisfaits (41%) de la palette de services offerts par leur opérateur, le haut débit à domicile (45%) et la téléphonie ligne fixe (39%) étant les plus utilisés même si les moins de 25 ans tendent à délaisser cette dernière. Enfin, plus que la qualité du service, 29% des Français privilégient la simplicité et l’efficacité de la relation client que des offres convergentes pourraient offrir.

Pas de cannibalisation entre tablettes et téléphones mobile
Le téléphone mobile est devenu un outil du quotidien qui accompagne en permanence l’utilisateur. Les nouveaux usages développés pour le mobile sont encore loin d’avoir détrôné son utilité première : communiquer (appels vocaux : 90% et textos (SMS) : 86%). En termes d’activités web sur un téléphone mobile, la photo/vidéo est très forte (54%) suivi de l’email (41%) et de la recherche web (36%). La tablette, le plus sédentaire des équipements mobiles, se révèle être la porte d’entrée la plus simple et la plus ergonomique aux usages web (email : 54% - navigation web : 52% - achats : 49%) au détriment du PC qui est moins utilisé par 41% des sondés depuis l’achat d’une tablette. Seule celle-ci, contrairement aux autres équipements informatiques personnels, semble être un outil partagé, souvent laissé en libre accès aux membres d’un foyer
A noter qu’avec 61% de Français déclarant ne pas faire un usage professionnel de leur équipement personnel, la tendance du ‘bring your own device’ (BYOD) peine à s’imposer en France.

La 4G n’a pas encore fait ses preuves en France
Enjeu majeur pour les opérateurs de téléphonie mobile, la 4G compte peu d’adhérents à ce jour. Leur arrivée tardive sur le marché et le manque de lisibilité des offres n’a séduit que très peu de Français : seulement 6% disposent d’un téléphone 4G et 4% d’un abonnement 4G. 57% déclarent même ne pas être prêts à souscrire à une offre 4G. La qualité de la couverture 4G n’apparaît pas comme un critère de changement d’opérateur pour 62% des Français ayant souscrit à une offre 4G.
Ses derniers reconnaissent cependant des atouts à la 4G notamment en termes de gain de rapidité pour 66% d’entre eux.

L’avènement du tout illimité
Suite à l’arrivée de Free Mobile sur le marché et aux re-tarifications des principaux opérateurs, un tiers des Français bénéficie d’un forfait oscillant entre 10 et 20 euros par mois, le forfait moyen subissant une baisse de 20% par rapport à 2012. Les contrats avec engagement restent largement majoritaires (81%) alors que les offres d’entrée de gamme commencent à gagner du terrain (8%) face à la carte prépayée (7%). Pour accéder à l’Internet mobile, les Français préfèrent très nettement l’accès illimité (54%) à la facturation à l’usage (14%). Même si plus de la moitié des Français maîtrise son budget en télécommunications, 39% expérimentent occasionnellement le hors-forfait. S’élevant à plus de 10 euros pour 60% d’entre eux, il est principalement dû au roaming d’appels et SMS (66%).
En termes d’applications, les Français privilégient le gratuit. Utilisateurs réguliers mais en nombre limité d’applications, les Français rechignent à payer (33%), tendance qui se confirme par rapport à l’année dernière. Les propriétaires de tablettes sont les plus gros consommateurs d’applications, 91% d’entre eux téléchargeant au moins une application par mois (27% en téléchargent plus de 5 applications par mois) contre 84% chez les propriétaires de téléphones mobiles. La majorité des utilisateurs serait prête à payer pour un accès illimité à certains services (emails : 61%, Facebook : 50%) dans la mesure ils sont inclus dans l’offre commerciale de leur opérateur.

« Nous constatons que globalement les Français restent sur des usages classiques de leur équipement mobile. Le renforcement du multi-équipement, l’évolution du marché low-cost et des technologies ne bouleversent pas pour autant les usages. Satisfaits des services, de la qualité du réseau proposés par leur opérateur, les Français ne cherchent pas à tout prix à passer par exemple à la 4G ou au BYOD, deux tendances qui concernent aujourd’hui davantage le Royaume-Uni ou les Etats-Unis » déclare Alexandre Buselli, Associé Conseil responsable Télécoms et Médias chez Deloitte.

Méthodologie
L’étude a été réalisée par Ipsos auprès de 2000 internautes français représentatifs en termes géographiques et économiques, et sur des quotas de sexe et 5 tranches d’âge, interrogés en ligne en juin 2013. 

Le flash