Jurisprudence immobilière: droit d’habitation du conjoint survivant

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Le droit d’habitation du conjoint survivant est limité au logement qu’il occupait avec le défunt à l’époque de son décès.
Le code civil permet à l’époux survivant d’habiter toute sa vie durant dans le logement qu’il occupait avec le défunt au moment du décès, ainsi que de bénéficier d’un droit d’usage sur le mobilier le garnissant. C’est un droit viager, c’est-à-dire à vie.

Ce droit comporte des limites comme vient de le juger la Cour de cassation. Dans une récente affaire, l’épouse, au décès de son mari, réclame le bénéfice du droit viager d’habitation sur les deux lots de copropriété d’un immeuble, qui appartenaient en propre à son mari. Ces lots sont composés d’un appartement au rez-de-chaussée, qu’elle habite, et d’un studio situé au premier étage, occupé déjà du vivant du défunt par sa fille et le compagnon de celle-ci. Les enfants du défunt issus d’un premier mariage lui contestent ce droit sur le studio.

La Cour d’appel leur donne raison en décidant que le studio était exclu du droit viager d’habitation

Pour la Cour de cassation, qui approuve la cour d’appel, le droit viager de l’épouse survivante se limite au seul logement qu’elle occupait à titre d’habitation principale avec le défunt à l’époque de son décès.

Cour de cassation, chambre civile 1, 25 septembre 2013 - N° de pourvoi : 12-21569

Le flash