Immobilier neuf : construction, en avant, marche !

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Depuis maintenant 13 mois, le secteur de la construction est sur une dynamique positive, et toujours principalement tiré est par les logements collectifs. Le nombre de logements commencés est le plus élevé depuis 4 ans avec 363 500 démarrages de chantier sur les 12 derniers mois.


De juin à août 2016, 110 200 autorisations de construire ont été délivrées, soit une hausse de +6,6% (représentant 6 800 PC de plus) par rapport à la même période de 2015. Après un léger ralentissement le mois précédent (+4,4%), le rythme de délivrance des permis de construire sur 3 mois glissants se reprend, mais reste inférieur aux hausses enregistrées sur les 6 premiers mois de l’année (+12,4% en moyenne sur cet indicateur au cours du 1er semestre).  Il faut toutefois noter que le 2ème semestre 2015 avait marqué le début de la reprise de la construction, après un mauvais 1er semestre  2015 (moins de 90 000 logements autorisés sur 3 mois glissants pendant les 5 premiers mois de l’année, soit la pire des 3 dernières années en termes de construction), ce qui explique que les variations soient désormais moins marquées qu’au début de l’année.


Les logements collectifs restent une fois encore le principal moteur de la croissance du secteur avec une hausse des autorisations de construire sur les 3 derniers mois en hausse de +13,0% par rapport à la même période de 2015, alors que les logements individuels purs progressent de +5,2%, et que les logements individuels groupés diminuent de -3,0% et les résidences de -11,6% sur la même période.


Sur les 12 derniers mois (de septembre 2015 à août 2016), le nombre de PC délivrés (417 800) progresse de +11,4% par rapport aux 12 mois précédents. Cet indicateur, positif depuis 3 trimestres, continue de s’amplifier  depuis le mois de février. 6 régions présentent toujours une forte progression des autorisations de construire, supérieure à 10% sur les 12 derniers mois : Bretagne (+23,8%), Corse (+100,5%), Ile-de-France (+23,1%), Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (+11,6%), Pays de la Loire (+12,9%) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (+10,6%). En revanche,  si la région Centre-Val-de-Loire est sortie de la zone rouge, 2 régions (Hauts-de-France et Normandie) enregistrent toujours une baisse de leurs autorisations de construire (respectivement -2,5% et -1,1%).


Les mises en chantier des 3 derniers mois, avec 81 100 logements mis en chantier entre  juin et août 2016, progressent de +5,7% par rapport à la même période de 2015. Un rythme qui reste moins soutenu que celui des autorisations de construire mais qui s’explique par le décalage temporel existant entre les  autorisations et les mises en chantier, en particulier pour les logements collectifs (temps nécessaire à la commercialisation d’une partie suffisante de l’opération afin de lancer le chantier).
Mises à part les mises en chantier de logements individuels groupés, qui enregistrent un nouveau retrait de -6,5%, l’ensemble des secteurs de la construction neuve est en augmentation : +8,0% pour les logements collectifs, +6,6% pour les logements individuels purs et +2,7% pour les logements en résidences.


Avec 363 500 mises en chantier sur les 12 derniers mois, le rythme de démarrage des travaux est en augmentation de +7,7% par rapport aux 12 mois précédents, soit le volume le plus élevé depuis octobre 2012. Dans le détail, le volume des logements collectifs a progressé de +10,9%, l’individuel pur de +3,7%, les logements individuels groupés de +0,9% et les résidences de +11,5%, alors que.

« Après 9 mois consécutifs de progression des indicateurs, les chiffres à fin août sont encourageants. Mais il faut continuer à se retrousser les manches ! Ces résultats restent toujours nettement inférieurs à ceux de 2011-2012 où il avait été délivré 120 000 autorisations de construire  de plus.

Globalement, la construction de logements montre sa vigueur, tout particulièrement en collectif. Les mesures prises depuis 2 ans produisent leurs effets, profitant du niveau exceptionnellement bas des taux d’intérêt. Dans ce contexte favorable, la FPI sera plus que jamais attentive à la réduction des obstacles à la construction (recours abusifs, dispositions illégales des chartes,…) et à l’évolution de la future règlementation bancaire –dite Bâle 4-», commente Alexandra François-Cuxac, Présidente de la FPI.

Le flash

займ онлайн