L’encadrement des loyers étendu à Lille : réactions de l’UNPI

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Jean Perrin, Président de l’UNPI, commente l’arrivée de l’encadrement des loyers prévu par la loi Alur, à Lille


La ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a annoncé le 16 décembre la mise en place de l’encadrement des loyers à Lille, à compter du 1er février 2017. Entrée en vigueur en août 2015 à Paris (loi ALUR), la mesure interdit à un bailleur de proposer à un nouveau locataire un loyer supérieur à une valeur plafond.


Pour le président de l’UNPI, il faut augmenter l’offre locative et non contraindre en réglementant. Jean Perrin apporte tout son soutien à l’action de l’UNPI Nord-de-France, présidée par Jean-Pierre Berlinet, qui a fait de cet encadrement locatif à Lille son « cheval de bataille » depuis 2015. Des prix fixés après 18 mois d’observation et une estimation coordonnée par l’ADIL 59, sans concertation avec les bailleurs privés de l’UNPI des Hauts de France ! De plus, 84% des loyers actuels à Lille sont au prix de marché et sont en phase avec le loyer médian défini. Les bailleurs privés qui connaissent bien leur marché sont donc raisonnables et n’ont ni besoin d’observatoire, ni d’encadrement.


L’UNPI Nord-de-France associée aux professionnels de l’immobilier, l’UNIS et la FNAIM, sont certains de l’inefficacité de l’encadrement et annoncent qu’une demande de suspension de l’arrêté préfectoral visant l’encadrement des loyers a été déposée en référé, en plus des deux procédures de contestation en cours sur le fond.


Les futurs investisseurs sont largement dissuadés d’investir dans un secteur réglementé de façon aussi complexe, ce qui va provoquer une réduction brutale du parc locatif privé.


Il faut rappeler que le blocage ou la réglementation des loyers n'ont jamais fonctionné dans le passé et ont aggravé les crises du logement, au détriment direct des locataires. La baisse des loyers est générale en France (cf. Clameur novembre 2016) et ne semble pas devoir être reliée à cet encadrement.


D'abord l'encadrement, ensuite la régulation, et enfin l'État définit unilatéralement les loyers à la place des propriétaires ! Les solutions contraignantes ont toujours montré leur inutilité.


Rétablissons la confiance et la liberté dans les rapports locatifs en 2017 sans la contrainte réglementaire !

Le flash