Immobilier : le dynamisme du marché profite à toutes les régions

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Après quatre années consécutives de baisse des prix, les chiffres publiés par Century 21 montrent que le prix moyen au m² francilien progresse de 1,4 % en 2016 pour s’établir à 3 150 € en moyenne (3 527 € pour les appartements et 2 870 € pour les maisons dont le prix augmente plus rapidement).


En Ile-de-France comme partout ailleurs, les acquéreurs optimisent leur crédit pour acheter le plus grand possible et la surface moyenne atteint des niveaux record : 78,7 m² en moyenne. Ce sont essentiellement les employés / ouvriers ainsi que les cadres moyens qui portent le marché ; leur part cumulée représente 75,1 % des transactions. Celles-ci sont destinées pour 83,2 % d’entre elles à la résidence principale, mais la part des acquisitions réalisées à titre d’investissement locatif s’accroît substantiellement (+12,7 % sur un an) pour représenter 13,3 % des achats franciliens en 2016.


À noter : une exception parmi les départements franciliens : la Seine-Saint-Denis dont le prix moyen au m² recule de -2,9 % avec, pour conséquence, un dynamisme spectaculaire du marché (+24,3 % de ventes réalisées par notre réseau sur un an). À l’inverse, enregistrant une hausse du prix moyen au m² de 4,7 % sur 12 mois, le Val-de-Marne est en peine et son activité marque le pas.

 


En Province, dans l’ensemble, le dynamisme du marché profite à tout le monde et trouve son carburant dans le niveau particulièrement bas des taux de crédit.

Faut-il le souligner qu’à l’exception de l’Ile-de-France, de la PACA et de Rhône-Alpes, le montant moyen d’une transaction est inférieur en 2016 au montant qu’il est possible d’emprunter sur 20 ans avec 1000 € de mensualités ?

 

Si l’activité est partout soutenue, cette homogénéité ne se retrouve pas en revanche au niveau des prix. Ces derniers évoluent de façon très disparate selon les régions. Onze d’entre elles enregistrent une hausse du prix moyen au m² : l’Alsace, l’Aquitaine, l’Auvergne, la Bretagne, le Centre, la Champagne-Ardenne, la Franche-Comté, la Haute-Normandie, le Languedoc-Roussillon, la Lorraine ainsi que la PACA. Neuf autres accusent toujours une baisse des prix : la Basse-Normandie, la Bourgogne, le Limousin, Midi-Pyrénées, le Nord et la Picardie, les Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes ainsi que Rhône-Alpes.

Le flash